/>
1 2 3 4 5 6

Kaleb Saison 1 - Myra Eljundir



Merci aux éditions Robert Laffont (ainsi qu'à Karen) pour cette nouvelle découverte dans la Collection R !


L'auteur :
On sait très peu de choses sur Myra Eljundir, car il s'agit d'un pseudonyme. On nous révèle seulement qu'elle est d'origine francophone, auteure et scénariste vivant actuellement en Islande. Kaleb est le premier livre sorti sous ce nom d'emprunt.


Résumé :
C’est si bon d’être mauvais…

À 19 ans, Kaleb Helgusson se découvre empathe : il se connecte à vos émotions pour vous manipuler. Il vous connaît mieux que vous-mêmes. Et cela le rend irrésistible. Terriblement dangereux. Parce qu’on ne peut s’empêcher de l’aimer. À la folie. À la mort.

Sachez que ce qu’il vous fera, il n’en sera pas désolé. Ce don qu’il tient d’une lignée islandaise millénaire le grise. Même traqué comme une bête, il en veut toujours plus. Jusqu’au jour ou sa propre puissance le dépasse et ou tout bascule… Mais que peut-on contre le volcan qui vient de se réveiller ?

"Déconseillé aux âmes sensibles et aux moins de 15 ans."

  Fantastique - jeunes-adultes / 442 pages / éditions Robert Laffont - Collection R


Mon avis :
Sans doute une des sorties que j'attendais le plus dans la Collection R, mais sans aucun doute une grosse déception pour ma part. Je préfère vous annoncer la couleur tout de suite, mon avis n'est vraiment pas positif. Je déteste être aussi tranchée sur une lecture, mais malheureusement tel est mon ressenti cette fois-ci...

Kaleb est un jeune homme de 19 ans. Ses origines familiales sont françaises du côté de son père et islandaises du côté de sa mère. Mais cet héritage maternel et bien plus conséquent qu'il n'y parait, car il se transmet de génération en génération, un don. Chez Kaleb, ce don touche à l'empathie. Il ressent les émotions des autres comme si elles étaient siennes et parvient peu à peu à les manipuler. Mais son pouvoir, peut à tout moment le faire basculer du bon comme du mauvais côté. Sans compter qu'une organisation très puissante est à ses trousses.

Le résumé était pourtant très alléchant, se retrouver aux côtés d'un anti-héro complet, un peu à la sauce Dexter, me tentait bien. L'idée de base était géniale je trouve, mais l'histoire en elle même m'a vite fait déchanter. Tout d'abord, j'ai vraiment eu beaucoup de mal avec le rythme de l'histoire, c'était assez décousu. Certaines choses évoluaient trop lentement et tournaient en rond (l'intrigue principale), tandis que d'autres se passaient beaucoup trop vite. Entre le moment ou Kaleb découvre son don et le contrôle, il ne se passe que quelques jours. Quant à sa relation avec Lucille, il suffit d'un ajout sur Facebook pour qu'il se retrouve dans son lit et devienne son petit ami. Si ça ce n'est pas une relation express !

Le moment est venu de vous parler de ce qui m'a franchement le plus dérangée dans ce livre. L'image de la femme est très très loin d'être reluisante. Toutes éperdues pour Kaleb dès le premier regard, soumises, subalternes. S'il ne s'agissait que des pensées de Kaleb, cela aurait encore pu passer, mais cela va beaucoup plus loin. Les personnages féminins n'ont qu'une pauvre estime d'elles mêmes (Lucille "c'était donc ça être une femme et appartenir à un homme" ; la jeune femme que Kaleb a rencontré dans un parc préfère envoyer sa fille de 5 ans lui ouvrir la porte pour ne plus le revoir et succomber ; l'assistante du colonel " [...] aurait aimé avoir le choix. Ne se préoccuper que de vêtements, de garçons, de trucs de filles"), cantonnées à une image rétrograde de la femme soumise d'un autre temps. 

Je ne vais pas entrer plus dans les détails (pourtant il y a beaucoup d'autres exemples), mais je dois dire que ce n'est certainement pas ce genre d'image que je voudrais mettre entre les mains des adolescents même s'ils en ont vu d'autres à la TV ou sur le net. Vous voyez où je veux en venir ? Le public cible est pour moi le gros soucis, pas adapté. À cet âge, on reste très influençable, on est en quête d'identité (il n'y a qu'à constater la fausse image que certains peuvent se faire des relations à cause des pornos).

Concernant la violence et le côté malsain au sens général, cela ne m'a pas vraiment choquée. À la longue, j'ai même trouvé cela bizarrement too much, presque commercial, comme pour justifier l’avertissement concernant les âmes sensibles. Dommage... Avec un tel sujet, je pense qu'il était possible d'amener cela avec beaucoup plus de finesse.

Pour vous parler du personnage principal, je l'ai regardé évoluer avec un total détachement. Arrogant au possible, narcissique, machiste, "trop beau"... il n'avait vraiment rien pour me plaire et était finalement peu crédible. Pourtant qu'est ce que j'aime les anti-héros habituellement (dernier exemple en date : Jorg du Prince écorché) ! C'est un personnage secondaire qui lui vole finalement la vedette et qui réserve heureusement des surprises (peut-être que l'image de la femme évoluera avec elle ?).

Je vais terminer sur un point positif : j'ai bien aimé l'explication que propose l'auteur au fléau que fût la peste au 17e siècle. Ces révélations à partir de la troisième partie rattrapent un peu mon ressenti sur la fin, mais malheureusement pas tout le livre. Je passerai définitivement mon tour pour la suite.


Pour conclure :
Un livre dont j'attendais beaucoup et qui m'a finalement beaucoup déçue. Je ne conseillerais pas Kaleb à des adolescents. L'avertissement peut finalement avoir un effet paradoxale : il aiguise la curiosité plus qu'il ne la rebute. Je pense que le public cible n'est pas adapté et l'image rétrograde de la femme restera ce qui m'a le plus dérangée. Les avis sur ce livre sont très extrêmes, c'est pourquoi je vous invite à en lire d'autres, pour savoir si ce livre est fait pour vous ou non.



7 commentaires:

Lilly a dit…

Tu as le même ressenti que moi.
J'ai eu beaucoup de mal a écrire mon billet, c'était pas évident d'être claire dans mon rapport à ce livre.
Contente de ne pas être la seule à avoir eu cette impression vis à vis de l'image de la femme, surtout venant d'une femme!

Lena a dit…

Je partage ton avis... Je viens aussi de poster mon avis :/ Trop de méchanceté...
Vraiment dommage, surtout que je l'attendais aussi avec impatience :(

Sita a dit…

Je comprends ta déception, je suis déjà extrêmement attristée de trouver une ambiance trop misogyne dans certains romans écrits par des hommes, alors voir ce genre de phrases écrites de la main d'une femme, qui doit donc y croire dur comme fer, ça me désole...

Elise a dit…

@ Lilly et Lena : Je suis contente d'apprendre que je ne suis pas la seule à avoir vécu ce livre de cette manière... Je me suis sentie très seule au début ^^

@ Sita : Si ce genre d'ambiance te rebute, alors là oui, il vaut clairement mieux passer son chemin. Je l'aurais sans doute fait si on m'avait avertie avant.

Rose When a dit…

Beaucoup de personnes ont été déçu par ce livre je me demande vraiment si je vais l'acheter...

Naminé a dit…

Grosse déception pour moi aussi, pourtant le début m'avait bien emballée ! J'ai trouvé que plus ça avançait, plus ça allait dans du n'importe quoi. Sans compter que l'image des femmes est franchement salie au plus haut point...

Milo Dubois a dit…

Un premier tome que j'ai beaucoup aimé ^^

PS : ta lecture en cours "Non Stop" m'intrigue fortement !

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...